Période du 1er juillet 1992 au 19 septembre 1997

Une réorganisation des forces est faite à compter du 1er juin 1992, c’est le plan OPTIMAR : création de nouvelles autorités organiques et autorités de direction générale, en particulier, ALFAN pour la lutte en surface, ALGASM pour la lutte anti-sous-marine, ALFOST pour les sous-marins, ALAVIA pour les forces aéronautiques, ALMINES pour les bâtiments de la guerre des mines et CECMED pour les unités à terre.
 


 

 

 

   

L’Escadre de la Méditerranée, le Centre d'Entraînement de la Flotte et le CEPMAN en particulier disparaissent pour voir naître la Force d’Action Navale. 

 

 

 

 

 

   

L’état-major de la Force d'Action Navale est donc créé à Toulon. Il comprend une division Entraînement (qui succède au CEF), une division Conduite des Forces (qui constitue des états-majors embarqués lors de missions importantes) et une division Matériel-Logistique qui a un double rôle : celui d'assurer la logistique des bâtiments rattachés à ALFAN sur Toulon, et celui d'assurer le suivi du matériel de tous les bâtiments de surface de la Marine Nationale (ancien rôle du CEPMAN).

 

 

 

 

 

 

   

 ALPA est dissous et cède ses deux porte-avions, le Clemenceau et le Foch, à ALFAN.

 



 

 

 


 

 

 

1er juillet 1992 

ALFAN s’active dans les faits. La Force d’Action Navale, pour sa partie organique, comprend alors 19 bâtiments, 7000 personnes. Le FOCH devient le bâtiment support administratif. Nous sommes reçus par le CV Alain PAQUIER, le 1er Chef d’Etat-Major.
 

 


 


 

   

 2 juillet 1992 : le Vice-Amiral Jean-Charles LEFEBVRE (ALFAN) nous fait un exposé suivi d’une réception amicale.

 

 

 

 

 

 
   

Dans un premier temps, je poursuis les activités que j'avais au CEPMAN, rapidement s'y rajoute le suivi des matériels liés à la sécurité (fonction de l’ex CEPSECU (Commission d’Etudes Pratiques Sécurité)), et je suis Officier de Prévention HSCT de la FAN.

 

 

 

 Nouveau bureau

 

 

 

Août 1992 : activation du Groupe Aéronaval (GAN) pour une mission au large de la Yougoslavie.

 
   

 

 

 

   

14 octobre 1992 : visite de l’Amiral Alain Coatanéa Chef d’Etat-Major de la Marine.

Décembre 1992 : un audit des bâtiments de la FAN est effectué, j’ai en charge ceux relatifs à la sécurité.

 

 

   

28 janvier 1993 : départ du GAN.

3 février 1993 : visite de l’Inspecteur Général de la Marine.

 Suite à la réorganisation de l'Etat-Major de la Marine Nationale, je suis également chargé de la prospection des matériels, des essais, et je participe aussi à la rédaction des réglementations. Nombreuses sont les réunions sur Paris, rue Royale ou à Balard siège de la direction générale de l'armement (DGA).

 

 

 

 

Etat-Major de la Marine, place de la Concorde

 
   

20 octobre 1993 : participation à Lorient à la Commission Supérieure d’Armement pour l’admission au service actif de la frégate de surveillance Vendémiaire.

 

 

 

   
   

 

 

   

23 décembre 1993 : Le bâtiment de transport léger (BATRAL) La Grandière rejoint la FAN.

 

 

 

 

BATRAL La Grandière

SNA Emeraude

 

 

   

Mars 94 : accident mortel à bord du sous-marin nucléaire d'attaque Emeraude, commandé par le Capitaine de Corvette Jean-Luc ALVAR faisant partie des 10 victimes.

17 mai 1994 : participation à Lorient à la Commission Supérieure d’Armement pour l’admission au service actif de la frégate de surveillance Germinal.

1er juin 1994 : Le Contre-Amiral Philippe LECOINTRE prend le commandement de la FAN. L’Amiral LEFEBVRE prend le poste de CEMM le 1er juillet.

7 juillet 1994 : L’Amiral LEFEBVRE est nommé Chef d'Etat-Major de la Marine (CEMM).

 

 

 

 

Le Vice-Amiral LECOINTRE

L'Amiral LEFEBVRE

 

 

   

Dans un second temps, plus lié à l'Etat-Major de la Marine qui a été réorganisé, je ne m'occupe plus que de sécurité. En plus des inspections techniques effectuées sur les bâtiments de la Force d'Action Navale, je suis aussi chargé d'effectuer des audits sur des bâtiments non rattachés à la FAN.

 

 

 

 

Août 1994 

L’appareil propulsif de la frégate Duquesne est saboté. Je suis désigné comme membre de la commission d’enquête, avec les Capitaines de Vaisseau Alain OUDOT de DAINVILLE commandant le porte-avions Clemenceau, Bernard BRUN et du PUY-MONTBRUN commandant les frégates Montcalm et La Motte-Picquet.
 

 

 Quai Milhaud à Toulon par Michel KING, Peintre de la Marine

 

 

  

24 janvier 1995 : Une alouette II de la 23S de la BAN de Saint-Mandrier s’écrase sur la BAN de Hyères lors d’un vol de liaison avec quatre personnes : le Capitaine de Frégate LAUER, le Capitaine de Corvette DERRIEN, l'Enseigne de Vaisseau TOUCHET et le CF Christian MERMOZ, le chef des services techniques de la BAN, un de mes anciens de Maistrance lycée technique et ancien DARAE que j’avais eu comme instructeur à Rochefort.

 

 

 

   

 

 

 La cérémonie religieuse est célébrée par le révérend Père BOUILLON, Vicaire Général, représentant Monseigneur DUBOSC, Evêque aux Armées Françaises.

La cérémonie militaire est présidée par Philippe LEOTARD, Ministre de la Défense.

La Musique des Equipages de la Flotte accompagne la cérémonie religieuse.

 

 

 

   

3 et 4 avril 1995 : audit sécurité du bâtiment et d'essais et de mesures (BEM) Monge à Brest, avec le bonheur d'effectuer une sortie en mer.

   
 
   

 

 

 

 

 Le Monge à la mer

 Tape de bouche

 

 

 Fanion avers

 Fanion revers

 

 

  

29 novembre 1995 : sortie en mer à bord du Clemenceau.

 

 

 

 

 

   

Eté 1996 : Le Contre-Amiral Philippe MALLARD prend le commandement de la FAN.

 

 

 

 

   

   



 

 

   

9 au 11 décembre 1996 

Audit sécurité du Porte-Avions Charles De Gaulle à Brest. Pour ce dernier, l'objectif est de donner le feu vert au Major Général du port de Brest, le Contre-Amiral Henri ARINO, pour que le premier équipage embarque à bord et prenne la responsabilité de la sécurité du bâtiment. J'ai pu à cette occasion pénétrer dans l'un des deux réacteurs nucléaires, ce qui n'est plus possible après la mise en place du combustible. J'ai été émerveillé par les technologies rencontrées. Le 1er février 1997, le premier équipage de 650 hommes prendra ses quartiers à bord.

 "Au nom de la Direction des Constructions Navales de Brest qui l'a construit, je vous transfère la responsabilité du porte-avions, maintenant prêt à prendre armement pour essais". Une simple phrase prononcée par l'ingénieur général de l'armement Louis Petitbois, directeur de l'Établissement des constructions navales de Brest, à laquelle le Contre-Amiral Henri Arino, major général du port a répondu : "J'accepte cette responsabilité et déclare le Charles de Gaulle armé pour essais. Je remercie les ingénieurs, techniciens et ouvriers qui ont conçu et réalisé ce bâtiment, et qui vont maintenant en coopération avec l'équipage, oeuvrer jusqu'à son achèvement et ses essais".

 

 

 

 
 

 

 Pont d'envol

 

 

 

  1er avril 1997 : Passage au grade de Capitaine de Frégate

 

 

 

   
   

 

 

 

19 septembre 1997 : je débarque.

 

 

   

 Faute de poste sur la place de Toulon, le gentil gestionnaire souhaite m'affecter à l'école de sécurité de la Marine Nationale qui se situe au Centre d'Instruction Naval de Querqueville près de Cherbourg. Finalement, le Commandant du Bataillon de Marins-Pompiers de Marseille me choisira comme adjoint direct, à mon grand bonheur.

 

 

  

 

 

Vous avez apprécié la page alors

 

      

Afficher la suite de cette page



 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement