GOLFE DE SAINT-TROPEZ

Au pied du massif des Maures, ce morceau du littoral passe pour un coin de paradis pour quelques personnalités et pour les vacanciers curieux du site. Plages de rêve, falaises du bord de mer, maquis et pinèdes, le soleil, tous les ingrédients magiques de la côte d’azur, sont rassemblés. Le jardin d’Eden est à deux pas, Dieu y créa la femme selon Roger Vadim.

 



 

 

 

 

 

 

 

 CAVALAIRE-SUR-MER (6 667 hab.)
(Cavalaire) 

 Ancienne colonie phénicienne, à l’abri du mistral et de la marinade (vent marin), la magnifique baie de Cavalaire a une activité principalement estivale. Ancien lieu-dit rattaché à Gassin, la commune n’existe que depuis 1929. Le célèbre train des Pignes y passait. Le débarquement en Provence y a commencé le 15 août 1944.

 

 

 

 Hôtel de Ville

 Statue du débarquement

 

 

Vue du village

 

 

 

 La Maison de la Mer

 Le Casino

 

 

 

 

 

 

 Le port

 

 

 

 

 La plage

 

 

 Plage du Débarquement

 

 

 

 

 

 

 

 

COGOLIN (11 104 hab.)
(Cougoulin)

 Au début de la presqu’ile de Saint-Tropez, Cogolin (Coq au lin selon une légende) est la
capitale varoise de l'artisanat d'art.  C'est un village artisanal avec ses manufactures  de tapis, de pipes en bruyère et de hanches de renommée modiale pour les instruments à vent. Village typiquement provençal, avec ses remparts et sa tour de l’horloge, la promenade passe par l’église Saint-Sauveur, la chapelle Saint-Roch et la demeure Sellier lieu d’expositions. Ouvert sur la mer avec Port-Cogolin, le tourisme et le nautisme font partie du paysage.

Depuis le sommet du vieux village, la tour et son histoire contemplent les bateaux du port des Marines de Cogolin. Entre les deux, préservée des strass et des paillettes, bien attachée à ses racines, Cogolin la moderne savoure sa croissances chaque jour de l'année [Françoise Balet].

 

 

C'est le domaine de Jean-Charles l'Epistolier maritimesque

 

 

 

 

 

 

 

 

 Monument aux Morts

 

 

   

La légende : sur la barque amenant d’Italie le corps décapité par les Romains du Chevalier TORPES, il y avait un coq et un chien. Malgré la faim des animaux ne touchèrent pas au corps. Lorsque l’esquif aborda sur les rivages de l’actuel Saint-Tropez, le coq s’envola et vint se poser dans la campagne de Cogolin, au beau milieu d’un champ de lin. D’où ce Coq au Lin qui orne l’écusson communal, les drapeaux, le sommet de l’hôtel de ville, l’église.

La vérité : la "légende" du coq peut agacer, c'est vrai ! En fait en provençal, Cogoulïn veut dire : petite colline. C'est de là que vient le nom. Qu'on se le dise ! Na !

 

 

 Hôtel de Ville

  Tour

 

 

 

 Manufacture de tissage

 Cave coopérative

 

 Eglise Saint-Sauveur

 

   
   

 

 

 

 Manufactures de pipes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Port-Cogolin

 

 

 

 

 

 

 

 

 




 

 

   

 

 




 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement