L’École Militaire de la Flotte (EMF) est créée en 1970, pour promouvoir les officiers-mariniers les plus méritants et d’un niveau scientifique suffisant, dans le corps des officiers de marine ; elle permet aussi l’activation d’officiers issus des réserves.

De plus en plus, au cours des années, l’enseignement donné à l’EMF se rapproche de celui de l’École navale. À la sortie de l’EMF, les officiers-élèves embarquent sur la Jeanne avec les ex-bordaches.
 

 

 

 
 
 
 Implantée au Poulmic  sur la presqu’ile de Crozon (près de Brest), l’Ecole Militaire de la Flotte, comme l’Ecole Navale, est une école militaire destinée à former des officiers de carrière. Elle dispense une triple formation d’officier, d’ingénieur et de marin. Les officiers de marine sont des officiers généralistes que leur formation prépare aux fonctions de commandement et de direction des unités de combat et des états-majors.
 

 

 
 

 

 

 

   

 Hall d'Honneur  Hall Neptune

 

  

   

Période du 3 septembre 1979 au 2 novembre 1980

 

Le Commandant du groupe des écoles du Poulmic (appelé le Pape) est le Capitaine de Vaisseau DENIS qui sera promu Contre-Amiral. Le Commandant en Second (appelé la Veuve) est le Capitaine de Vaisseau REUL, le directeur des cours de l’EMF, le Capitaine de Vaisseau HELLIO et mon chef d’escouade (la 5ème) le Lieutenant de Vaisseau COLLINET.

Les professeurs :
- Mr Bernard GINESTE, mécanique;
- Mr Jacques BERTHELOT, mathématiques;
- Mr FURIC, français;
- Mr RICHON, histoire;
- Mr PICHON, météo;
- ...

 

 

 

CA DENIS, le Commandant

CV REUL, le Commandant en Second

 

Le CV HELLIO, le directeur des cours

 

 

  

Septembre : Sortie de cohésion avec la promotion précédente, et Cérémonie de remise des sabres par les anciens.

Au nom des saintes traditions

Et en vertu des pouvoirs

Que m'ont conféré tes Grands Anciens

Je te remets ce sabre

Afin que tu t'en serves pour la défense de ton honneur

Et pour la plus grande gloire de la Marine Française.

 

 

 

 

 

   

 Allocution du Capitaine de Vaisseau DENIS.

Messieurs,

Vous voici élèves de l'Ecole Militaire de la flotte.

Avant toute chose, je vous exprime mes félicitations pour votre réussite et pour les qualités morales, intellectuelles et professionnelles dont il vous a fallu faire preuve pour aboutir.

Le Groupe-Ecoles du Poulmic est heureux de vous accueillir en son sein et j'apprécie le rôle qui m'incombre d'avoir à vous souhaiter la bienvenue.

 Vous venez de découvrir les conditions matérielles de votre installation ici : elles sont confortables et, à certains égards, grandioses. Elles présentent également des caractéristiques très particulières d'isolement et d'éloignement, dont je connais les inconvénients mais dont vous découvrirez les vertus dans les domaines du travail, de la réflexion et de la pratique des activités sportives et nautiques.

Dès les premiers jours, en effet, il vous faut savoir que les efforts accomplis pour arriver ici, si méritoires soient-ils, ne constituent qu'un début dans le cycle de votre nouvelle formation. D'autres que vous, pour l'avoir oublié, ont été reversés dans le corps des équipages.

 Il s'agit pour vous, et c'est là notre objectif commun, de devenir des officiers de marine. Je vous demande donc, comme vous l'avez sans doute fait au cours de votre préparation, de réfléchir et de vous interroger sur l'état d'officier de marine.

 Votre expérience de l'institution vous facilite les choses, mais désormais c'est de l'intérieur et non plus de l'extérieur, qu'il vous faudra porter un jugement sur le corps des officiers, et par voie de conséquence, déterminer votre attitude et régler votre comportement.

 En tout premier lieu, j'attire votre attention sur les exigences fondamentales de loyauté, d'exemplarité, de dévouement voire d'abnégation qui doivent être les caractéristiques de l'état d'officier.

Vous devez en tout temps garder présent à l'esprit qu'il vous appartient de commander, c'est-à-dire de choisir, décider, ordonner et contrôler. Le commandement est un art dont on a ou dont on développe le goût; c'est une grave responsabilité mais c'est avant tout une nécessité : les hommes, et plus particulièrement les hommes jeunes, sont à ceux qui les commandent et si vous ne le faites pas, alors d'autres que vous s'y emploieront.

 En tant que marins, ayez l'ambition d'être de véritables professionnels de la mer, j'entends par là des hommes qui aient conscience d'exercer un métier difficile, dans un milieu dangereux et parfois hostile et qui aient compétence à le faire, comme jeune officier, comme chef de service, enfin comme commandant d'unité, responsabilité majeure et parfois sans recours.

Spécialistes, et vous l'êtes déjà à des degrés divers, vous devez maîtriser et faire progresser une technique : interlocuteur accessible pour vos subordonnés, conseiller écouté de vos chefs, il vous faudra aussi soutenir un dialogue parfois difficile avec les ingénieurs des chantiers ou de l'industrie.

 Vous vous rappellerez enfin que le métier des armes n'est pas une profession ordinaire : les perpectives de crise, de tension, de désordre ou de conflit localisé ou général se traduisent, pour ceux qui ont l'honneur de porter l'uniforme, en termes de disponiblité permanente et de froide résolution.

Voilà pour les objectifs. En ce qui concerne les conditions de travail, vous allez passer un an à l'Ecole Militaire de la Flotte avant d'effectuer la campagne annuelle de l'Ecole d'Application des Enseignes de Vaisseau.

 Telle est la définition actuelle de votre cycle de formation après plusieurs années de réformes et d'ajustements. Il y a là une certaine forme d'équilibre qu'il est sans doute souhaitable de laisser se stabiliser quelque peu.

Vous serez surpris par la multiplicité et la complexité des matières enseignées. Je vous invite à ne pas perdre pied dès le début et, pour ce faire, à organiser, à planifier votre travail et à vous référer en permanence aux objectifs poursuivis.

 En tout état de cause, il n'est pas possible de suivre convenablement une année d'études aussi dense, sans fournir une appréciable quantité de travail, mais je sais que vous en êtes capables parce que vous l'avez déjà fait et que vous êtes disposés à le faire encore.

Vous recevrez ici les connaissances premières indispensables à l'exercice de votre métier d'homme de mer, je veux dire par là les bases essentielles de la manoeuvre des bâtiments, de la navigation et de l'organisation de la Marine. Rappelez-vous, cela est fondamental, que rien ne peut être fait sur mer tant qu'un bâtiment ou un aéronef n'est pas en mesure de naviguer, ou de voler, en sécurité, d'un point à un autre quelles que soient les circonstances. C'est l'affaire de tous à bord; c'est, en premier chef, votre affaire !

 Vous pourrez acquérir un aperçu général de chacune des spécialités de la marine et des caractéristiques opérationnelles de ces spécialités.

 Votre niveau scientifique général sera amélioré pour vous permettre de comprendre et d'optimiser le fonctionnement du matériel, de discuter avec les ingénieurs, de suivre avec profit les cours d'écoles de spécialité.

Votre formation générale, quant à elle, fera l'objet de toute notre attention pour que vous soyez en mesure d'accroître votre culture, d'approfondir et de diversifier vos connaissances, d'améliorer vos qualités d'expression et en particulier votre aptitude à vous exprimer en public ou en conférence et à vous montrer clair, concis et persuasif.

 La formation générale inclut la formation militaire, c'est-à-dire, entre autres choses, l'usage des armes individuelles et l'aptitude à manoeuvrer en formation, sous les armes : le défilé militaire n'a de sens que s'il est parfait. Les imperfections dans la tenue, le comportement ou les mouvements, choquantes pour les yeux, reproduites et diffusées par l'image, rendent à la Marine Nationale de bien mauvais services; nous sommes en partie jugés sur ce qui est apparent et ce qui n'est pas dans la profondeur des océans ni même au large ou en l'air que nous pouvons être admirés du grand public. Je vous demande d'y prêter la plus grande attention à titre individuel, lors de votre séjour dans cette Ecole et plus tard, au cours de votre carrière, pour l'ensemble du personnel dont vous aurez la charge.

 Parlons maintenant de l'ambiance dans laquelle je souhaite que vous viviez dans cette école. Je suis convaincu qu'il est possible de faire les choses sérieusement et d'avoir quand même un comportement détendu et un visage souriant. L'humour, pratiqué avec réserve et discrétion est une rare qualité dont la culture semble malheureusement en voie de disparition dans notre pays. Soyez assuré qu'il n'est pas indispensable d'avoir l'air sinistre pour être un homme compétent. Vous n'êtes pas seuls ici : sachez que vos camarades des autres Ecoles et plus particulièrement de l'Ecole Navale, sont destinés à former avec vous l'armature des carrés des bâtiments de guerre ou des bases de l'Aéronavale. Vous êtes, les uns comme les autres, appelés à vivre et travailler ensemble tout au long de votre carrière.

C'est pourquoi je vous engage, dès à présent, à faire l'effort de vous connaître et, j'en suis certain, de vous apprécier mutuellement.

 Je ne voudrais pas terminer cette allocution d'ouverture sans faire allusion aux perspectives d'avenir de la Marine Nationale. On ignore souvent, dans notre pays, avec quelle passion les nations souveraines discutent depuis bientôt six ans aux droits de la mer, en d'autres termes, des règles du contrôle, voire de l'appropriation des espaces maritimes : Caracas, Genève, New-York sont les étapes de ce débat capital dont dépend pour une bonne part l'avenir de l'humanité par le biais des ressources énergétiques, des richesses minérales, des capacités nutritives et du maillage des transports.

Nous nous sommes longtemps obstinés à garder les yeux fixés vers les horizons traditionnels de nos frontières terrestres et notre structure militaire en porte encore l'empreinte. L'atome, pour un temps, déplace le centre de gravité de nos réflexions stratégiques, mais pour la fin du XXème siècle, c'est sur les mers que vont s'esquisser les lisières moins précises des nouvelles zones d'intérêts majeurs et aussi s'amorcer l'affrontement entre la technologie et le nombre.

Il s'agit là d'une dynamique nouvelle. La France ne peut s'y soustraire; l'instrument naval doit être à la mesure de cette nécessaire ambition.

 Je souhaite que cette évolution ait lieu. Je la crois vraisemblable. En tout cas je l'espère pour notre pays et je l'espère pour vous, futurs jeunes officiers qui avez fait l'effort et qui allez faire l'effort de vous préparer à servir la nation sur les mers, au moment même où s'ouvre cette âpre compétition sur les espaces maritimes.

 

 

 

   

6 octobre : Cérémonie de présentation aux Drapeaux présidée par Yvon BOURGES, Ministre de la Défense. A sa droite, l'Amiral LANNUZEL, Chef d'Etat-Major de la Marine.

J’ai l’honneur de faire partie de la Garde du Drapeau de l'EMF.

 

 

 

    

 "La France a souvent hésitée à être une puissance continentale ou maritime. C’est un fait qu’il n’y a jamais eu au cours de notre histoire de périodes durables de prospérité, de paix et d’indépendance, sans la présence et le rayonnement de la nation au-delà des mers." 
 Yvon BOURGES.

 

 

 

   

Programme de la journée :

- prise en charge des familles à Brest avec traversée de la rade;

- cérémonie militaire;

- cocktail, lunch, puis visite de l'école;

- le Commandant s'adresse aux Parents (pour les jeunes).

 

 

 

 Remise du Drapeau

 Le mât de pavillon

Gardes des Drapeaux

 

 

Défilé

 L' Amiral et le Ministre

 

 

 

 
Survêtement de sport Amphithéâtre

 

 

   

11 novembre : Cérémonie à Paris.

Une délégation fait l'aller et le retour sur Paris pour une cérémonie sous l'Arc de Triomphe.

 

 

 

  La tombe du Soldat Inconnu


 

 

 

   

4 au 11 mars : Stage embarqué à bord du dragueur côtier Mimosa.

 

 

 

    
Cette sortie à la mer a pour but de mettre en application les cours de navigation. La mer est mauvaise, très mauvaise : quart à la passerelle par tiers, en dehors du quart position allongée obligatoire. On découvre alors ce mal terrible et mystérieux : la JEULE. L’escale de Jersey est annulée compte tenu de la houle importante dans l’entrée du port. Au petit matin du 7 mars, au large de l’ile de Batz (côtes nord du Finistère), le pétrolier malgache Tanio lance un appel de détresse. Nous faisons route vers le lieu du futur naufrage. La partie avant du pétrolier d’abord restée pliée à 45 degrés, se sépare de l’arrière et flotte verticalement. L'arrière s'incline et dérive lentement. le fuel se déversent dans la mer. Nous ne pouvons rien faire. Nous recevons l’ordre de revenir sur Brest avec un jour d’avance sur le programme.

 

 

 Dragueurs

Le dragueur Mimosa
   
 Le Tanio  Le Tanio

 

 

 

 

 

   

 25 au 28 mars : Exercice Evasion inter-armées.

Cette année l’exercice nationale est prévu se passer en Bretagne. Compte-tenu de manifestations anti-nucléaires, l’exercice est annulé. C’était pourtant l’occasion de rencontrer nos camarades des autres armes.

 

  

 

    Formation à la manoeuvre sur les BIM (Bâtiments d'Instruction à la Manoeuvre)

 

 
   

 

 

   

 31 mars au 4 avril : Stage au camp de Coëtquidan.

Ce camp situé sur la commune de Guer dans le Morbihan abrite plusieurs écoles de l'armée de Terre dont la prestigieuse de Saint-Cyr. La semaine est consacrée à l’apprentissage du tir : Famas, LRAC, mortier, et à des exercices sur le terrain dont certains de nuit. Cela sera aussi l'occasion de visiter le musée du souvenir : à voir.


 

 

 

Bayard et Duguesclin sont les gardiens du site

 Le musée du Souvenir

 

Tir au FAMAS

Tir au LRAC

 

 

 

  

 7 juin 22h00 : Bal du cent-cinquantenaire de l’école navale. 
Buffet dans le Hall neptune, feu d'artifice à minuit, soupes à l'oignon à parir de 02h00 ainsi qu'un petit-déjeuner à partir de 06h00.

 

 

 

   

 

 

 Brest

 

 

   

29 juin : Embarquement, à Brest, à bord de la frégate De Grasse, commandée par le Capitaine de Vaisseau ROITEL.

 

 

 

   

 

 
 

      Transfert par hélitreuillage sur l’escorteur d’escadre Vauquelin, commandé par le Capitaine de Frégate BONNEAU.

 

 

 EE Vauquelin  Super Frelon


 

Un escorteur d'escadre en mer
 

 

 12 juillet : Escale à Copenhague

A peine le poste de manoeuvre fini, nous voilà sur le quai pour rejoindre apidement un bus qui nous emmenera à l’aéroport. Direction Dugny-Le Bourget, en Nord 2501, où nous aurons une pensée pour Lindbergh qui a atterri sur le site en 1927, puis transfert vers le camp de Satory à Versailles pour l’entrainement au défilé du 14 juillet (une autre pensée pour Clément Ader qui décolla pour la 1ère fois de ce site).

 

 

 

 

Port de Copenhague

Nord 2501

 

 Base de Dugny

 Entraînement à Satory

 

 

 

 
 
   

 14 juillet : Défilé sur les Champs Elysées à Paris

Après un hébergement mémorable à la caserne de La Pépinière et le défilé, nous reprenons l’avion en début d’après-midi, direction le Danemark. Juste le temps de découvrir la petite sirène dans le port, et le Parc d'attraction Tivoli en centre-ville.

 


 

 

 

 

 

 Caserne de La Pépinière

Cour de la Caserne

 

 

  

 Défilé du 14 juillet 1980

 

 

La petite sirène

Parc Tivoli

 

  

 

 

   

15 juillet : Appareillage après un embarquement à bord de l’aviso LV Le Hénaff commandé par le Capitaine de Frégate de KERSAUZON.

Souvenirs d'un déjeuner épique à la table du Commandant et d'un déjeuné animé par mer forte chez les Officiers-Mariniers (bonjour Raoul !).

 

       
       

 

 

 

 

 

   

 21 juillet : Mouillage devant  Zébruges pour la fête nationale belge,

J’ai l’honneur de commander le piquet d’honneur qui saluera le Roi des Belges lors de la parade des bâtiments belges. L’équipage aux postes de bande clamera plusieurs fois « Hourra ! » en saluant avec le bonnet tenu à bout de bras et en effectuant une rotation du même bras : un bel effet.

Escale à Bruges (Belgique), le temps d'appercevoir l'ex escorteur rapide Le Picard abandonné pour une raison que je connais pas. Puis débarquement pour rejoindre l’aéroport d’Ostende et retour à Brest Guipavas en vol par Nord 2501, l'occasion de survoler le Mont Saint-Michel.
 

 


 

 

1er août 1980 : Passage au grade d'Enseigne de Vaisseau de 2ème classe  

 

 

 

   

1er septembre : Arrivée de la Promotion 1980.

Nous accueillons dignement nos successeurs et organisons une marche de nuit pour le vendredi 12, qui se transforme rapidement en un royal banquet, c'est la surprise des Anciens.

 

 

 

   

 15 au 26 septembre : Stage de Sécurité au CIN de Querqueville.

Pendant deux semaines, apprentissage à la lutte contre les incendies et les voies d’eau ainsi qu’aux risques NBC (Nucléaire, Bactériologique, Chimique). Des exercices en grandeur nature s’effectuent sur un ancien bâtiment nommé le Lucifer.

 

 

 

 

     Le fanion du CIN Querqueville  Vue aérienne du CIN Querqueville
 

 

   Le Lucifer  Intervention en tenue de pompier lourd

 

 

   

 4 octobre : Présentation aux drapeaux des promotions 1980 présidée par Joël LE THEULE, Ministre de la Défense. Le Contre-Amiral DENIS transmet le Drapeau à la nouvelle Garde.

 

 

 

 
 Inspection du Ministre  Les deux Gardes

  

 

 
   

29 octobre : Cérémonie de remise des sabres à nos successeurs. 

 

 

   

27 au 31 octobre : Stage à Paris.

Pendant une semaine nous sommes reçus par de grandes entreprises : Dassault, Matra, Sagem, ORTF, L’Express, etc, et aux PC de l'Etat-Major des Armées, et de la Sécurité Urbaine de la Ville de Paris, ainsi qu'au laboratoire scientifique de la Préfecture de Police.

 

 

 

   

Le mardi 28, nous sommes invités au Cercle National des Armées à Paris, pour le diner donné pour le Cent-Cinquentenaire de l'Ecole Navale, rien que pour le plaisir je vous dresse le menu :

La Langouste de Roscoff à la Parisienne

Le Cuissot de Marcassin Grand Veneur

La Mousseline des Cévennes

Quelques Feuille à l'Huile Douce

Les Délices de la Ferme

La Surprise Norvégienne

Les Petits Fours

Le Café

le tout accompagné d'un Baron Briare et d'un Château de Beychade.

- o - o - o -

Le 29 au soir spectacle au théâtre national de l'Odéon dans la loge du président de la République : La Maison de Thé, par le théâtre du Peuple de Pékin.

 


 

 

 
Le Cercle des Augustins  



 

 

 

 

 
 
Les Gars de la Marine aux Buttes Chaumont

De passage à Paris avant de partir autour du monde, à bord de la Jeanne d'Arc, les élèves de l'Ecole Navale et de l'Ecole Militaire de la Flotte ont visité les studios de la S.F.P. aux Buttes Chaumont. Ils y ont rencontré Line Renaud venue tourner une séquence d'Antenne 2 "Suivez Lecoq". La chanteuse et l'animateur Yves Lecoq ont volontiers posé pour cette photo souvenir. Lors de cette visite nous rencontrerons également l'excellent Henri Salvador : un moment inoubliable.
 
 

 

 

 

L'Etoile et le Belle Poule.

 

 

   

 Départ de Lanvéoc.

"Enseignes de Vaisseau de la promotion 1979 de l’Ecole militaire de la Flotte, vous venez d’achever le premier cycle de votre formation d’Officier de Marine.

Vous avez acquis ici les bases essentielles pour l’exercice de votre métier d’homme de mer. A l’Ecole d’Application et, par la suite, dans le cours de votre carrière, il vous faudra garder la volonté tenace d’apprendre et de savoir, d’entreprendre et de réussir.
Vous êtes désormais du côté de ceux qui organisent, commandent et dirigent. Agissez en clairvoyance, avec mesure, avec compétence, mais aussi avec l’enthousiasme qui séduit et la foi qui entraîne.

Je vous souhaite réussite et succès dans votre vie professionnelle." 

Alain DENIS.




 

 

   
   

 

   Promotion 1979
   ABALAIN - ABJEAN - BARDE - BEHIER - BERSON - BUREAU - CAZEAUX
CLARY - DONNOT - DUFRESSE - GALLIOU - GARCIA - GONTHIER - GREBONVAL
GRONDIN - LE BIHAN - LECLERC - LE LEUXHE - MONTENOT - MORETTI - DE PARDIEU
PIEROPAN - PIOT - ROUSSEAU - RUELLE -SIMEON -TANGUY

 


 

 

   La Jeanne nous attend ...

 

 

 

 

 

Vous avez apprécié la page alors

 

 

 

Afficher la suite de cette page



 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement