Créée en 1956, la Tall Ship's races, la course des grands voiliers, se déroule chaque année dans les eaux européennes.

Les Tall Ships’s Races rassemblent donc des voiliers de toutes les tailles qui s’affrontent dans une course amicale. Leur objectif est de promouvoir la voile auprès es jeunes du monde entier. L’équipage de chaque bateau est en effet composé en principe pour moitié de jeunes âgés de 15 à 25 ans. Au-delà de la flotte exceptionnelle, c’est aussi ce qui fait le caractère de cette course : inciter les jeunes à naviguer ensemble et à créer, à travers cette expérience, des liens de solidarité et d’amitié.

Au cours d'un périple d'un mois environ, la flotte rallie quatre ports différents. En 1997, Après Alicante et Barcelone et avant Gênes, Toulon reçoit  les voiliers. 

A cette occasion, grâce ) la communauté de communes « Toulon Provence Méditerranée », 25 jeunes vont embarquer sur le Mir pour l’étape Toulon-Gênes : une semaine de navigation et une aventure extraordinaire sur le plus grand voilier de la course.

 

 
Le port
Les voiliers
La parade
Philatélie
Toulon et la voile
 

 
 

 

   Le Port

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 






 

 
AMERIGO VESPUCCI

 
Classe A
Pays : Italie
Propriétaire : Marine Italienne
Lancement : 1931
Port d’attache : La Spézia
Equipage : 130 marins 130 stagiaires
Longueur hors tout : 104,20 m
Largeur : 15,54 m
Tirant d’eau : 7,32 m
Gréement : 3 mâts barque
 
  Alors qu'au début des années 1920 la marine italienne ne compte pas de navires-école digne de ce nom, Benito Mossolini, qui affectionne les projets monumentaux, décide de la construction de deux voiliers jumeaux. Il fait appel à un architecte naval de renom : Franceso Rotundi. L'architecte, s'inspirant des lignes robustes des vaisseaux du début du XIXème siècle, imagine alors deux superbes trois-mâts carrés, longs de 100 mètres hors-tout.
Le premier, le Cristoforo Colombo, sorti des chantiers de Castellamarre di Stabbia près de Naples, est lancé en 1928. Il ne devait que très peu naviguer sous pavillon italien. En 1949, l'Union soviétique se l'accaparre comme prise de guerre. Immédiatement rebaptisé Dunay, il sert alors aux élèves officiers de l'armée soviétique et navigue en mer Noire jusqu'à son désarmement en 1963. En 1972, il est enfin entièrement dépecé.
 
  Le second, conçu sur les mêmes plans, connaît un destin plus heureux. Lancé deux ans plus tard, l'Amérigo Vespucci,qui doit son nom à cet illustre voyageur et cartographe florentin (1454-1512) qui fut le premier à mettre son nom sur les cartes du Nouveau Continent, navigue à partir de 1931. Contrairement à son jumeau, aucun pays ne le réclame à la fin de la guerre. Il peut donc contiunuer à battre pavillon italien. Aunjourd'hui encore, l'Amerigo Vespucci est le voilier d'entraînement des élèves officiers de l'Académie navale de Livourne, laquelle dépend de la marine italienne. Tous les ans, ce sont jusqu'à 105 cadets qui passent sur le navire, escaladant les enfléchures por monter les vergues dans leurs beaux uniformes bleu marine, avec casquette et gans blanc. Ils apprennent le métier auprès des marins qui composnet l'équipage, savourant le privilège de naviguer sur un vaisseau semblable à une cathédrale, dernier trois-mâts carré à trois ponts à voguer encore sur toutes les mers du monde.


 

 
 
 
 
 

 

 BELLE POULE

Classe B
Pays : France
Propriétaire : Marine Nationale
Lancement : 1932
Port d’attache : Brest
Equipage : 18 marins 10 stagiaires
Longueur hors tout : 37,50 m
Largeur : 7,50 m
Tirant d’eau 3 ,35 m
Gréement : goélette à hunier


 

 
 
 
 


 

  CAPITAN MIRANDA

Classe A
Pays : Uruguay
Propriétaire : Marine Nationale
Lancement : 1930
Port d’attache : Montévidéo
Equipage : 56 marins37 stagiaires
Longueur hors tout : 60 m
Largeur : 8,20 m
Tirant d’eau : 3,96 m
Gréement : goélette à 3 mâts
 


 

 
 
 
 


 

  CREOULA

Classe A
Pays : Portugal
Propriétaire : Ministère de la Défense
Lancement : 1937
Port d’attache : Lisbonne
Equipage : 46 marins 52 stagiaires
Longueur hors tout : 66,90 m
Largeur : 10,06 m
Tirant d’eau : 5,79 m
Gréement : goélette
 


 

 
 
 
 

FAR BARCELONA
Classe B
Pays : Espagne
Lancement : 1874
Port d’attache : Barcelone
Equipage : 10 marins 18 stagiaires
Longueur hors tout : 30,85 m
Largeur : 6,76 m
Tirant d’eau : 2,90 m
Gréement : goélette aurique
 
 


 

 
 
 
 

  GUAYAS

Classe A
Pays : Equateur
Lancement : 1978
Port d’attache : Quito
Equipage : 128 marins 22 satgiaires
Longueur hors tout : 78,64 m
Largeur : 10,27 m
Tirant d’eau : 4,88 m
Gréement : 3 mâts barque
 


 

 
 
 
 
 

  JOLIE BRISE

Classe B
Pays : Grande-Bretagne
Lancement : 1913
Port d’attache : Devizes
Equipage : 2 officiers 14 stgaiaires
Longueur hors tout : 22,40 m
Largeur : 4,88 m
Tirant d’eau 3,20 m
Gréement : côtre aurique
 


 

 
 
 
 

  KALIAKRA

Classe A
Pays : Bulgarie
Propriétaire : Navigation maritime bulgare
Lancement : 1984
Port d’attache : Varna
Equipage : 14 marins 35 stagiaires
Longueur hors tout : 48,37 m
Largeur : 8 m
Tirant d’eau : 3,96 m
Gréement : 3 mâts goélette
 


 

 
 
 
 

  LE DON DU VENT

Classe B
Pays : France
Propriétaire : Philippe Derain
Port d’attache : Marseille
Lancement : 1943
Equipage : 2 marins 16 stagiaires
Longueur hors tout : 32 m
Largeur : 6,40 m
Tirant d’eau : 2,70 m
Gréement : ketch
 


 

 
 
 
 

  LIBERTAD
 
Classe A
Pays : Argentine
Propriétaire : Marine argentine
Port d'attache : Buenos Aires
Equipage : 141 marins 180 cadets
Longueur hors tout : 103,70 m
Largeur : 14.31 m
Tirant d’eau : 6 ,60 m
Gréement : 3 mâts carré


 

 
 
 
 
 

  MIR

Classe A
Pays : Russie
Propriétaire : Académie nationale maritime de Saint-Petersbourg
Lancement : 1988
Port d’attache : Saint-Petersbourg
Equipage : 55 marins 144 stagiaires
Longueur hors tout : 108,80 m
Largeur : 9,48 m
Tirant d’eau : 6,40 m
Gréement : 3 mâts carré
 


 

 
 
 
 

  MIRCEA

Classe A
Pays : Roumanie
Lancement : 1939
Port d’attache : Constantz
Equipage : 74 marins 90 stagiaires
Longueur hors tout : 92,78 m
Largeur : 12,04 m
Tirant d’eau : 5,50 m
Gréement : 3 mâts barque
 


 

 
 
 
 
 
 
 
 

  NAVE ITALIA

Classe A
Pays: Italie
Lancement : 1993
Port d’attache : Gênes
Equipage : 13 marins 36 stagiaires
Longueur hors tout : 59,73 m
Largeur : 9,28 m
Tirant d’eau : 3,81 m
Gréement : brick
 


 

 
 
 
 

  PANILURO

Classe A
Pays : Italie
Propriétaire : Marine Italienne
Lancement : 1934
Equipage : 90 officiers 50 stagiaires
Longueur hors tout : 68,90 m
Largeur : 10,10 m
Tirant d’eau : 4,90 m
Gréement : 3 mâts goélette
  


 

 
 
 
 
 

  POGORIA

Classe A
Pays : Pologne
Propriétaire : Sail Training Assocition Poland
Lancement : 1980
Port d’attache : Gdynia
Equipage : 9 marins 40 stagiaires
Longeur hors tout : 49,50 m
Largeur : 8 m
Tirant d’eau : 3,96 m
Gréement : 3 mâts goélette
 


 

 
 
 
 

 STAD AMSTERDAM

Classe A
Pays : Pays-Bas
Lancement : 2000
Port d’attache : Amsterdam
Equipage : 33 marins 58 stagiaires
Longueur hors tout : 62,39 m
Largeur : 10,52 m
Tirant d’eau : 4,80 m
Gréement : 3 mâts barque
  


 

 
 
 
 
 




 

  THO POGA

Classe B
Pays : Espagne
Port d’attache : Ibiza
Equipage : 8 marins 15 stagiaires
Longueur hors tout : 42 m
Largeur : 7,20 m
Tirant d’eau : 3,60 m
Gréement : goélette
 


 

 
 
 
 


 

  LA PARADE EN MER
 


 

 


 

 
 
 
 
 
 
 



 

   Philatélie.
 

  

 

 
 
 
 
 


 

   
   
 
   
   


 





 

   Toulon et la voile : une grande aventure.

par
Jean-Paul MEYRUEIS et André BERUTTI
Président et secrétaire général de l’Académie du Var.


Voile latine ou voile carrée, voile pacifique des pêcheurs et des marchands, voile belliqueuse des pirates, des barbaresques et des guerriers, voile maléfique porteuse d’épidémies, la voile animée par le mistral ou le vent d’est a, depuis les origines, accompagné la vie de Toulon et des Toulonnais.
Au premier siècle, des bateaux hauturiers transportant amphores et poteries font escale à Telo Martius, refuge sur la voie maritime reliant Rome à l’Espagne, mais aussi port d’expédition des vins et des huiles produits dans l’arrière pays.
Les voiles du Moyen Âge sont celles des pêcheurs et des pirates, activités maritimes principales des Toulonnais. Ce sont aussi celles des Sarrazins qui, au moins à deux reprises, en 1178 et en 1197, débarquent au Mourillon pour piller la ville.
En 1498, alors que depuis plusieurs siècles la Méditerranée est parcourue par de lourdes et rondes nefs marchandes, Charles VIII crée une marine de guerre composée de navires de « haut bord » ou galiotes. La grande taille de ces navires nécessite pour leurs manœuvres de mouillage et d’appareillage de vastes plans d’eau. La rade de Toulon s’y prêtant, les galiotes y sont basées, tandis que les galères plus maniables qui longent les côtes depuis l’Antiquité sont basées à Marseille.

  

 


 

 
 Barberousse

A l’automne 1543, les voiles de la flotte de Barberousse se profilent à l’horizon. Il n’y a aucune hostilité dans cette approche puisque François 1er s’est allié à Soliman le Magnifique contre l’Espagne. La flotte du Grand Amiral turc va hiverner à Toulon jusqu’au printemps 1543, laissant aux Toulonnais des souvenirs mitigés.

 

 

 

 
 La Royale

1628. Les voiles latines des grandes galères de Louis XIII font la traversée de Marseille à Toulon sur ordre de Richelieu. La darse Henri IV qui les accueille s’avère trop exiguë, mais la vie de Toulon va se trouver transformée, d’autant plus que le 29 mars 1631 « Le règlement du fait de la Marine » crée la Marine Royale.
Lors de son inspection du port de Toulon en 1633, Henri de Séguiran décompte 111 bateaux de pêche et 70 vaisseaux de guerre. Une véritable forêt de mâts que Louis XIV vient inspecter en 1660. Il faut décidément augmenter la surface de l’arsenal, de la ville et de la darse. Vauban va s’en charger quelques années plus tard.

 

 

 

 
 La peste

Le 25 août 1664, le premier cas de peste est déclaré à Toulon. L’épidémie va imposé une « serrade » de six mois et tuer la moitié des Toulonnais. C’est une voile, celle du navire marchand Le Lion, qui a amené l’épidémie transportée par des soies de Smyrne offertes par le capitaine d’un vaisseau désemparé en remerciement d’une assistance.

 

 

 

 
 Sièges, combats, expéditions.

Eté 1707. Alors que Vauban vient de mourir, les voiles de la flotte anglo-batave sous les ordres de l’amiral Showel se présentent devant Toulon menacé par les troupes ennemies. Du duc de Savoie et du prince Eugène. La flotte française réduite à sa plus simple expression et désarmée, n’arborant plus ses voiles, se saborde alors que Le Tonnant et le Saint Philippe transformés en batteries flottantes harcèlent les troupes ennemies.
Le 22 février 1744, les voiles de la flotte française escortent hors de Toulon les vaisseaux de la flotte espagnole. Le combat indécis contre les Anglais devant le Cap Sicié est considéré par l’Angleterre comme une déclaration de guerre. En 1748, les voiles des galères disparaissent et les galériens deviennent des bagnards.
En 1793 les voiles anglaises sont devant Toulon, Bonaparte reçoit sa première blessure, Toulon l’infâme devient Port-la-Montagne et le restera jusqu’en 1795.
Mai 1830 voit une véritable armada quitter Toulon toutes voiles dehors à destination d’Alger sous les ordres de l’Amiral Duperré. Elle comporte tous les navires de guerre disponibles en France soit 102 bâtiments de guerre encadrant 912 navires de transport.

  

 

 

 

 
 Les temps modernes

Trois ans auparavant la première goélette à vapeur venant de Rochefort était entrée dans la rade. En 1852 c’est à bord du Napoléon, un navire mixte à vapeur et à voiles, que le Prince Président arrive à Toulon, venant de Marseille à la vitesse inimaginable pour l’époque de 14 nœuds…
Il a fallu de nombreuses années et l’arrivée de la construction métallique pour que la voile soit définitivement remplacée par la vapeur. La navigation à voile est maintenant une distraction, une passion que Toulon honore et cultive en renouant avec la tradition des grands voiliers.

 

 




 

  


Vous avez apprécié la page alors


Afficher la suite de cette page



 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement