VAR EST

Entre la cote rouge, dite porphyre, et le massif de l'Estérel, le Var Est se reflète dans le bleu de la Méditerranée. Les fleurs sont omniprésentes. La région semble être continuellement en vacance d’été. Le soleil de Provence vous attend.

 



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 LES ADRETS DE L'ESTEREL (2 683 hab.)

 A deux pas des Alpes-Maritimes, au milieu des chênes et des pins et bien exposé au soleil comme son nom l’indique, Les-Adrets-de-l’Estérel est un village de tranquillité et propice aux promenades dans la nature. L’ancien relais de diligence nous rappelle l’histoire de Gaspard de Besse, le bandit de grand chemin au noble cœur.

 

 

 

 ¨Hôtel de Ville

 

 

 

 Monument aux morts

 Puîts

 

 

 

 

 

 

 

L'Eglise Notre Dame des Maures

 

 

 

 

 BAGNOLS EN FORET (2 283 hab.)

 Pas très loin de la mer, entre les massifs de l’Estérel et du Tanneron,  au milieu de 4300 hectares de forêt, Bagnols-en-Forêt est un village paisible au charme provençal composé de ruelles étroites autour de la place de l’église qui avec ses marronniers et ses platanes en font un abri de fraicheur en été.

 

 

 

 

 L'Eglise Saint-Antonin

 

 

 

 

 

 

 

 La tour de l'horloge

Le clocher

 

Chapelle Saint-Antoine

 

 

 

 

 

FREJUS (52 687 hab.)

 A deux pas de Saint-Raphaël, Fréjus est une ancienne ville romaine avec son grand amphithéâtre et ses nombreux monuments. Créée en personne par Jules César elle abrite aujourd’hui un régiment d’Infanterie de Marine.  Ancien port militaire, avec le petit port de Saint-Aygulf il y a aujourd’hui la version moderne : Port-Fréjus.

L'ancienne base de l'aéronautique navale s'est transformée en parc dédié à la nature.

 

 

La Mosquée de Missiri

Base Aéronavale de Fréjus

Mémorial des Guerres d'Indochine

 

 
   

 

 Hôtel de Ville (ancien Palais épiscopal)

 Ancien Cloître

 

 Eglise Saint-François de Paule

 Centre ville

 

 Amphithéâtre romain

 Aqueduc romain

 

 Remparts

 Plage vers ancienne base aéronavale

 

 

 Olivier de la Liberté, date du XIème siècle

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 La Mosquée de Missiri.

En 1930 fut achevée la construction de la mosquée Missiri dans le camp de Caïs à Fréjus, réplique de la mosquée de Djenné au Mali. L'initiative en reviendrait au Capitaine Abdel Kader MADENBA, appuyé par le Colonel LAME. De couleur ocre rouge avec des tours ornées de pointes, la mosquée maintenant désaffectée appartient à l'Etat comme monument historique depuis le 18 juin 1987.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Base Aéronavale de Fréjus.

Le 26 octobre 1911, Monseur DELCASSE, Ministre de la Marine,décide d'établir, à l'embouchure de l'Argens,sur le territoire de Fréjus, le 1er aérodrome naval. C'est donc sur un terrain marécageux que naquit l'Aviation Maritime, rebaptisée Aéronautique Navale à partir de 1937.

Berceau de l'Aéronautique Navale; le site de Fréjus-Saint-Raphaël a été pendant 83 ans le centre d'expérimentations de matériels aériens, le lieu d'élaboration de leur doctrine d'emploi, le centre de formation de nombreux pilotes. Le 28 mars 1912, véritable ouverture de la base, eurent lieu les premiers essais officiels de l'hydravion "Canard Voisin" pour une heure de vol au cours duquel la vitesse de 70 km/h a été atteint !

Dans la longue histoire de l'Aéronavale, il est impossible de passer sous silence le raid effectué par Rolland GARROS le 23 septembre 1913 entre Fréjus et Bizerte. Avec la guerre 1914-1918, l'aviation maritime vit le nombre de ses appareils passer de trente à plus de mille tandisque dès 1917 était créé le C.E.P.A. (Centre d'Etudes pratiques d'Aviation).

Après plusieurs extensions, la Base allait dès 1950 expérimenter les hélicoptères. Elle abritera la section d'expérimentation et de soutien, l'Ecole de Maistrance de l'Aéronautique et les stages d'entraînement à l'utilisation des de secours et de sauvetage de l'Aéronautique Navale.

Parallèlement , elle devait accueillir l'aéroclub de Fréjus et l'aviation privée.

Dans le courant des années 1070, environ 800 militaires et 130 civils concouraient à la bonne exécution des missions de la base. Dès 1983, le Ministre des Armées, Charles HERNU annonçait une diminution de 30% des effectifs de la base. C'était le début de la procédure d'abandon du site qui prenait fin le 16 avril 1992 avec le plan de restructuration présenté par Pierre JOXR alors Ministre de la Défense.

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   

 Le Mémorial des Guerres en Indochine.

 Il a été inauguré le 16 février 1993 par François MITTERAND, Président de la République.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Vous avez apprécié la page alors

 




 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement